Comment recontacter un candidat que l’on a déjà refusé ?

En pleine période de recrutement d’un nouveau talent, vous avez vu défiler les candidats,  vous ne comptez plus le nombre de mains que vous avez serré, le nombre de sourires que  vous avez fait, le temps et la patience que vous avez accordé à chaque profil… et puis un jour c’est la finale, vous êtes tout proche de l’arrivée, de la GRANDE décision. Il vous reste à trancher entre deux candidatures…

Votre décision : recruter c’est s’écouter !

Bien souvent, dans la dernière ligne droite, les candidats restants présentent autant d’atouts l’un que l’autre. Les profils peuvent être différents mais chacun, finalement, pourrait correspondre à vos attentes.

Votre choix sera donc conditionné par l’émotionnel, le feeling.

Il est très important par moments de savoir écouter ce que certains appellent « le sixième sens » pour ce genre de décisions.

Depuis peu, de nombreuses entreprises se tournent vers une méthode innovante pour recruter : le recrutement au feeling (le fit) ou recrutement par affinité. Celle-ci consiste à prendre en compte des critères principalement subjectifs pour recruter un candidat, tels que les compétences émotionnelles des employés, un critère qui a trop longtemps été mis de côté.

Toutefois lorsqu’on recrute des êtres humains, il existe forcément un facteur risque.

Le facteur risque : l’humain

Ainsi, même si vous aviez un bon feeling avec un candidat, il est tout à fait possible que son recrutement n’est jamais lieu parce que :

  • Vous n’avez pas donné votre réponse assez vite
  • Le sentiment d’affinité n’est pas partagé par le candidat
  • Il ou elle a trouvé mieux ailleurs
  • Etc.

Ou que ce recrutement ne soit pas adéquat et que le collaborateur s’en aille pendant sa période d’essai parce que :

  • Finalement la mission et/ou l’ambiance de travail ne correspondent pas à ses attentes
  • Vous réalisez qu’il n’a pas les compétences adéquates (compétences techniques ou relationnelles) pour le poste
  • Etc.

Quoiqu’il en soit, le résultat est le même. Vous vous retrouvez au point de départ, désemparé, vous demandant si vous devez vous jeter du dernier étage de votre immeuble, avaler de la ciguë ou recommencer tout le processus de recrutement pour trouver la petite pépite tant désirée !

Et c’est à ce moment-là que germe dans votre esprit une nouvelle alternative ; recontacter le/la candidat(e) gentiment remercié(e) au profit de l’espèce d’ingrat(e) qui a osé décliner votre offre !

Et c’est là que vous bénissez le ciel, vos parents, vos professeurs, toute personne qui vous a enseigné les bonnes manières.

Parce qu’évidemment, en personne bien élevée et respectueuse d’autrui que vous êtes, lorsque vous avez remercié l’autre candidat, le vaincu d’hier, vous avez mis les formes, vous avez été bienveillant…

Petit rappel nécessaire : les règles pour dire non à un candidat

Règle 1 : le prévenir ! 

Ne jamais laisser quelqu’un sans retour et sans explication. En plus d’être très incorrect ce comportement génère une aigreur ! Il signifie que vous accordez si peu d’importance à la personne que vous ne prenez même pas le temps de lui faire un retour !

« Comporte-toi avec les autres comme tu voudrais qu’ils se comportent avec toi »

Règle 2 : privilégier le coup de téléphone !

Pour la simple et bonne raison que, par la voix, nous faisons mieux passer nos émotions, notre empathie. Un écrit restera toujours froid et distant, surtout un mail de refus dans lequel il est difficile de glisser un smiley pour faire passer la pilule !

Règle 3 : faire un retour constructif ! 

Pour cela, il est nécessaire de mettre en avant les atouts du candidat puis de lui expliquer ses axes d’amélioration.

Règle 4 : tenir la deadline du retour annoncée.

Ce moment n’est agréable ni pour lui/elle, ni pour vous alors prenez votre courage à deux mains et soyez réactif.

Si vous avez respecté ces règles alors vous pouvez tenter de recontacter le/ la candidat(e) refusé(e) sans avoir à rougir.

Oui mais comment regagner sa confiance ? Comment lui faire comprendre que c’est lui/elle que l’on veut alors qu’il y a peu nous refusions son profil ? Va-t-il/elle se sentir estimé(e), attendu(e)? Comment le/la revaloriser ?

Comment recontacter un candidat que l’on a refusé ?

Pour avoir la bonne attitude face à quelqu’un, essayez de réfléchir à ce que vous auriez voulu entendre et recevoir dans sa situation.

Identifiez les blessures qu’un refus aurait pu provoquer chez vous et interrogez-vous sur l’interprétation que vous auriez eu si l’on revenait vous chercher par la suite.

Un refus, de quelque nature qu’il soit, porte atteinte à l’ego de l’individu, à la perception qu’il a de lui-même. On est alors dans le domaine de l’émotionnel, il est donc nécessaire de comprendre et accepter les émotions qu’il a engendré.

Une fois ce premier diagnostic établi, prenez en compte la personnalité de votre candidat ou du moins ce qu’il vous a laissé paraître.

Essayez d’analyser sa situation d’un point de vue systémique, c’est-à-dire en ayant la vue la plus globale compte tenu de son environnement.

Le candidat recherche-t-il depuis longtemps ? A-t-il une famille ? Son parcours professionnel est-il chaotique ou plutôt un succès ? Recherchait-il dans l'urgence un travail ? Avez-vous perçu des difficultés financières ? Quelle est son éducation ? Sa culture ? Etc.

Le but de cette démarche étant de vous aider à comprendre le point de vue de l’autre. Plus vous chercherez à comprendre l’autre, plus vous trouverez les mots pour lui parler.

Recontacter un candidat est un exercice difficile qui nécessite une vraie préparation en amont. N’hésitez pas à solliciter une ou deux personnes afin qu’elles vous apportent du recul et qu’elles puissent vous exposer leurs visions. Choisissez, de préférence des personnes constructives et dotées d’une forte intelligence émotionnelle – difficile à trouver, je vous l’accorde, mais cela existe !

Enfin, c’est vous qui avez refusé le candidat, c’est donc à vous et à vous seul de le recontacter. Soyez courageux/se et sincère. Ne déléguez pas cette tâche à un autre.

Lors de votre entretien qui sera d’abord, en toute logique, téléphonique (à moins que vous ne l’attendiez en bas de chez lui/elle mais attention cela peut faire peur quand même !),  expliquez lui honnêtement la situation : vous étiez parti sur un profil qui finalement n’a pas fait l’affaire / a préféré partir / a préféré une autre offre etc. – ne dénigrez jamais la personne qui vous a fait « faux-bond ».

Puis, remontez-vous les manches et sortez les rames. Expliquez au candidat recontacté que son profil vous avait également beaucoup plu pour les raisons X, Y et Z, que vous êtes très heureux de pouvoir lui faire cette offre etc.

Par la suite, si le candidat recontacté accepte de rejoindre votre équipe tout se jouera pendant l’onboarding et compte tenu du contexte de son arrivée, je vous conseille de mettre les bouchées doubles pour que la confiance nécessaire à toute saine relation de travail s’installe entre vous.

Allez haut les cœurs !


Retrouvez cet article sur notre Facebook 
Welcome to the Jungle Recruiters et partagez nous vos expériences et vos initiatives !

Rédaction : Ségolène 

Photos : WTTJ


Retrouvez nos articles RH directement dans votre boite mail

Retrouvez nos articles RH directement dans votre boite mail