How to recruit a UX/UI Designer ?

UX comme UI sont là pour penser et conceptualiser des services et interactions digitaux intuitifs, ergonomiques, différenciants et utiles. L’un se spécialisant sur l’expérience utilisateur et la compréhension profonde de ses usages et parcours en ligne (UX) quand l’autre se concentre sur l’interface et l’agencement de tous les éléments (UI). Leurs périmètres sont désormais variés : sites mais aussi applications, emailing, contenus... Voilà deux profils qui ne sont pas près de disparaître dans les prochaines années. 

Que recherche le candidat ?

Il est en quête d’une entreprise qui a le sens du client. Plus que de belles paroles, il recherche ainsi des structures qui testent, questionnent et vont chercher les réponses auprès des premiers concernés - les utilisateurs ! Avec pour ce faire, des méthodes de recueil de données originales et innovantes. Puisque comme un scientifique, l’UX/l’UI part de signes, de symptômes pour en tirer des conclusions et améliorer les interactions homme/machine.

Plus globalement, il veut être intégré le plus tôt possible dans la réflexion entrepreneuriale. Connaître le fondateur, comprendre la démarche, identifier le pas de côté… autant de points qui sont capitaux pour servir sa motivation et son investissement dans un projet. Qu’il travaille dans une agence conseil ou directement dans une entreprise.

Enfin, il aime les missions avec des possibilités d’évolution. En lui proposant par exemple d’aborder des problématiques de communication et d’expérience clients physiques ou digitales plus larges. Ou en l’emmenant sur un rôle plus orienté « recherche » et pouvoir par là-même le sortir de son rôle d’exécutant. 

Comment attirer ce candidat ?

L’UX/UI designer aime l’humain, alors soyez-le ! Très souvent sollicité, il se lasse vite des mots disruption, innovation, révolution, performance qui sonnent trop souvent creux… Préférez donc des mots en phase avec votre projet, réalistes et francs. Donnez-lui envie de s’investir dans votre histoire, tout simplement. 

Il attend qu’on connaisse son métier. Parlez lui de façon professionnelle et proposez-lui rapidement une première vision quant au périmètre de son intervention : ni graphiste, ni tech, mais bien UX/UI.  Et prenez le temps de bien vous familiariser avec les méthodologies en amont de la rédaction d’une fiche de poste ou d’un entretien.

Soulignez la dimension « recherche » si vous êtes sur un profil plutôt UX. Il appréciera votre envie d’aller à la rencontre de l’utilisateur et de comprendre en profondeur les comportements. Si vous êtes sur un profil UI, vous pourrez alors valoriser la créativité de votre entreprise et les équipes graphiques par exemple.

Les compétences à viser.

Il s’agit de compétences à cheval entre communication, création, technique et culture client.

Des compétences humaines d’abord, qui commencent par le goût des autres. L’UX/ UI designer aime aller vers les gens et surtout sait les observer et les faire parler, grâce à sa forte dose d’empathie.

Dans cette veine, il doit être capable de réaliser des interviews et mener des tests utilisateurs, avec des méthodes adaptées. Et bien sûr d’en dégager des axes de conceptualisation. Il aura donc une affinité avec les sciences sociales et la psychologie.

Avoir un background technique est un plus : HTML, CSS, connaissances des explorateurs et des spécificités liées aux tailles d’écran... L’UX/UI designer doit pouvoir tenir une conversation avec un développeur sans difficultés.

Il doit également être à l’aise sur l’ensemble des logiciels de création, de maquettage et de prototypage (Illustrator, InDesign, Sketch, Axure, Balsamiq). Et faire preuve de créativité pour imaginer le petit plus qui rendra l’expérience mémorable. Ainsi, il est au fait des tendances créatives, graphiques et techniques.

Enfin, ses capacités relationnelles sont importantes, notamment quand il doit faire le lien entre des équipes créatives et techniques. Il pourra de plus être amené à participer à des sessions de co-créativité et devra convaincre des équipes très différentes, qui ne travaillent pas toujours dans le sens de l’utilisateur. 

Le processus d’entretien.

S’il en a un, prenez le temps de regarder son book ou portfolio et laissez-le le commenter. Soyez alors particulièrement attentif à la place qu’il accorde à l’utilisateur. S’il n’en a pas, faites-le parler sur sa plus grande fierté professionnelle : attardez-vous sur la méthodologie mise en place. Comment raconte-t-il ce projet ? Quel process ? Est-il à l’aise pour évoquer la technique ? Les partis-pris créatifs ? Accepte-t-il la critique ?

Vous pourrez ensuite le questionner sur sa vision du poste et sur ce que ce sera l’UX/l’UI demain pour lui. Une façon pour vous de vérifier si vous regardez bien dans la même direction. 

Enfin, vous pouvez le faire parler sur un site ou une application qu’il aime particulièrement et qu’il utilise au quotidien. Il doit être critique et réussir à prendre de la hauteur.  Sur quels aspects s’attarde-t-il ? Est-il plus à l’aise pour parler interface ou résonne-t-il plutôt en terme de parcours ? Est-il clair dans son retour d’expérience ? Voit-il des axes d’amélioration ? 

Les mots clés.

Persona : un compagnon de voyage, défini après un travail exploratoire sur la cible, qui va permettre de concentrer les attributs clés d’un profil d’utilisateur.

Parcours utilisateur : un parcours possible parmi d’autres dans l’expérience du site (d'où vient-il, que regarde-t-il, que fait-il…). Permet d’identifier les étapes et surtout les besoins spécifiques à chacun de ces moments.

Wireframe : c’est un peu l’envers du décor d’une interface. Structure de la page, hiérarchie, services et éléments clés y sont répertoriés.

Design d’interaction : proposer une interaction digitale, où le design se met au service de l’expérience. Plutôt que de penser esthétique, l’UX/l’UI se concentre sur l’usage et le sens.

Test utilisateur : série de protocoles pour évaluer et optimiser l’expérience et l’interface.

A/B testing : tester deux propositions pour identifier laquelle performe le mieux. 

Grille de salaire ?

Le designer UI/UX démarre sa carrière autour de 2 500 € bruts par mois pour évoluer au bout de quelques années vers 3 000/ 3 500 € bruts par mois. 

La période d’essai.

N’oubliez pas qu’il est très sollicité : à vous de bien veiller à sa bonne intégrationpour garder la perle rare.

Vous pouvez par ailleurs découper sa mission en plusieurs tâches et lui donner pour objectif d’en remplir quelques une dans une durée limitée. L’UX/UI designer aimant le challenge, vous pourrez ainsi avoir une base de discussion claire pour le confirmer ou non. 


Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook Recruiters pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Rédaction : Solenne 

Photo : WTTJ


Get our next HR articles straight to your inbox!

Get our next HR articles straight to your inbox!